“ Little Lullaby to my hears, Little Surnaturels run+
 

Partagez | 
 

 ● Lεnα Vαn Dεr Wσσdsεn ●

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lena V.D. Woodsen

....x
....x
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 21

♣ Le cauchemard recommence ♠
Race →: Vampire.
Citation →: Il paraît que les hommes aiment les garces. Chouette alors.
Relations →:

MessageSujet: ● Lεnα Vαn Dεr Wσσdsεn ●   Mar 16 Aoû - 2:27




Lεnα Vαn Dεr Wσσdsεn

« Il paraît que les hommes aiment les garces. Chouette alors. »




→ FICHE ←

Nom & Prénom(s): Lena Van Der Woodsen
Âge: 222 ans
Date de Naissance: 14 juillet 1789
Nationalité: Française
Race: Vampire
Métier: A quoi bon se cassez le derrière à gagner de l'argent quand on peut le voler ?





→ CARACTERE←


Capricieuse. Egoïste. Prétentieuse. Jalouse. Menteuse. La liste est longue. Il paraît que c'est assez dur de cohabiter avec moi. Qu'il faut faire preuve de patience. En 222 ans, la personne qui a su me supporter le plus longtemps a tenu quatre mois. Je ne l'ai jamais revu. Il a quitté le pays. Raison ? Dépression. Besoin de changer d'air. C'est ballo. Alors, évidemment, je pourrais continuer de me décrire. J'adore faire ça. Je me trouve fantastiquement mesquine. Et si t'es pas content, va voir ailleurs. Je sors toujours impeccablement maquillée, coiffée, et habillée. J'aime me faire remarquer, de diverses façons. On pourrait me considérer comme une garce. Je prends ça pour un compliment. Il paraît que les hommes aiment les garces. Peut être que c'est car elles mettent enfin un peu de piment dans leur triste vie d'humain. Je sais être ... Gentille (quel mot déplorable...) de temps en temps, lorsque la situation m'y oblige. Non, rectification. Rien ne m'oblige à être gentille. Si je le désirai, je pourrai tous vous terroriser. D'un coup. Mais avec quel jouets jouerai-je après ? Nous allons donc éviter. Mon jeu favoris ? Jouer avec mes victimes. Je trouve ça terriblement excitant. Vous ne pouvez pas comprendre tant que vous n'y avez pas gouté. Le scénario classique, que je reprend lorsque je suis à court d'imagination, est assez sympa (de mon point de vue, évidemment). Imaginez, une jeune fille, blonde, taille mannequin, l'air complètement désespérée, dans une boîte de nuit. D'une beauté à couper le souffle. (Oui, j'aime me vanter. Quelque chose à rajouter ?) Je peux vous assurer qu'en moins de dix minutes, j'ai trouvé ma victime. Les humains sont tellement naïfs. Les hommes en particulier. Une fois que le malheureux est tombé dans mon piège, il va sûrement vivre la demi heure la plus merveilleuse de sa vie. J'ai oublié de vous dire ? Je vends du rêve. Pas au sens figuré (enfin, si), mais surtout au sens propre. C'est un de mes seuls pouvoirs. Il me suffit de m'installer confortablement en face de quelqu'un, et je peux entrer dans son esprit afin d'y faire ressurgir tous les meilleurs moments de sa vie. Évidemment, je peux faire la même chose avec les pires moments de sa vie. Dans le genre, la mort d'un proche, la séparation avec un amant ... Mais ceci, je ne le fais que rarement, et en cas d’extrême nécessité (vengeance ...) car cela m'épuise terriblement. Et quand je suis épuisée, j'ai des cernes affreuses en plein milieu du visage. Et je déteste ça. Revenons à notre victime. Une fois qu'il est assez heureux pour m'avoir totalement oubliée, je passe à l'acte. J'épargnerai les détails pour les âmes sensibles. (Quelle subtile attention de ma part.) Mais je ne tue jamais. Je préfère infliger la souffrance. La plupart du temps, je laisse mes victimes à l'état de légume. Oui, de légume. Ils ne sont pas morts, mais ne peuvent plus rien faire de leur corps. C'est autant plus terrible pour leurs proches. J'adore ça. C'est ma petite technique personnelle. D'ailleurs, plusieurs journaux, médicaux et autres, m'ont dédié des articles ! 'Encore une victime retrouvée vivante, mais totalement paralysée !' 'Une nouvelle fois, un homme retrouvé paralysé !' Mon Dieu, ce que je m'aime. N'essayez pas de me trouver des excuses. Vous n'y arriverez pas.






→ STORY←



///






→ DERRIÈRE L'ECRAN←

Pseudo: Lena V.D. Woodsen
As-tu lu le réglo matelot ? Affirmatif !
Où as-tu connu DOS? Une tarée m'en a parlé 8D







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Picture-word/177127252359481
Ellana Caldin

....x
....x
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 24
Localisation : Belgique *O*

♣ Le cauchemard recommence ♠
Race →: Vampire
Citation →: « Comprendre n'est pas réagir mais ne faire qu'un. »
Relations →:

MessageSujet: Re: ● Lεnα Vαn Dεr Wσσdsεn ●   Mar 16 Aoû - 3:15

Bienvenue Very Happy

Quel est ton PUF ? x) (Si tu en a un =p)
Et qui t'en a parlé ? xD

Non, mais la façon de décrire son caractère (j'adore) me fait penser à une amie ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena V.D. Woodsen

....x
....x
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 21

♣ Le cauchemard recommence ♠
Race →: Vampire.
Citation →: Il paraît que les hommes aiment les garces. Chouette alors.
Relations →:

MessageSujet: ● Story ●   Mar 16 Aoû - 3:28

Mon PUF ? C'est quoi de cette chose ? XD
Sinon, c'est foliuca qui m'en a parlé ;)


Je finis ma fiche avec la partie story :



Boum. Boum. Boum. Les canons refusaient de cesser. J'entendais leurs cris. De détresse. De souffrance. Je n'osais regarder par la fenêtre. Si on pouvait appeler ça une fenêtre. Un petit carré d'environ trente centimètre, cerné de solides barreaux. Une faible lueur orangée s'en échappait, et créait d'horribles ombres dans ma cellule. Nous sommes le 14 juillet 1789. J'ai 19 ans. Et je suis enfermée à la Bastille, en France. Sous l'ordre du roi, j'ai été capturée, puis enfermée dans la plus haute cellule de cette prison. La raison de ce vieux chnoque ? 'Nuit à la société de par ses idées.'

Avant mon arrivée à Paris, je menais une vie simple, et heureuse. Je faisais partie de la haute-société. Mes parents possédaient un large terrain. Ils étaient Duc et Duchesse si mes souvenirs sont bons. On avait promis ma main à un jeune homme des plus charmants. Le Duc de jenesaisplusoù. Je l'avais déjà croisé auparavant. Il ne serait peut être pas le mari idéal, mais en tout cas, il devrait réussir à me rendre heureuse. Lorsque les soldats du roi sont venus déclarer la guerre à mes parents, je n'ai trouvé qu'une issue. Fuir. Mais où ? Autant remonter à la source du carnage qui tua mes parents, mon prince charmant, et toute mon enfance d'un coup. Paris. Le voyage fut long. Lorsque je suis enfin arrivée, je trouvai dans une petite auberge un certain Emmanuel Kant. Un philosophe allemand, venu en France afin d'étudier la société. Je lui trouvai immédiatement une certaine sympathie. Lorsque, quelques jours après, j'affirmai mon avis à ses côtés, on me dénonça, et je finis dans cette cellule.

Boum. Boum. Boum. Je n'en peux plus. ça fait des heures que ça dure. Je crois que je vais finir folle à lier. Alors que je prenais mon mal en patience, une subite acclamation résonna. Je sentis la tour trembler. Les cris se rapprochaient. J'étais terrifiée. Soudain, la porte de ma cellule se mit à trembler, elle aussi. De plus en plus fort. Etant en bois, si elle volait en éclat, j'en souffrirai forcément. Mais elle ne le fit pas. Elle se contenta de s'effondrer au bout de plusieurs minutes de secousses. Dans un nuage de fumée, j'aperçus la silhouette d'une dizaine de paysans. Non, je ne rêvais pas. J'étais libre. Je me mis à courir. Dans les escaliers, ce n'était pas chose facile, mais la volonté y était. Lorsque je pus enfin respirer l'air extérieur, je fus soulagée. Puis, j'ouvris les yeux, et découvris avec horreur le massacre qui se trouvait devant moi. Des centaines, si ce n'était pas des milliers d'hommes et de femmes, sauvagement assassinés, se trouvaient devant moi, les uns sur les autres. C'en était trop. Des larmes coulèrent sur mes joues, lorsque ce carnage me rappela mes parents. Je m'apprêtais à m'asseoir, et à attendre là, à ne rien faire lorsque une poigne de fer me saisit par la chevelure et me traîna dans un coin sombre. Je me débattais, sans arriver à distinguer la chose qui m’arrachait mes cheveux blonds, autrefois magnifiques, mais ternis par la crasse en ce moment même. Lorsque le calvaire fut finit, je pus reprendre mon souffle. Mais ça ne dura pas longtemps. La même poigne de fer me saisit par les bras, me plaqua au sol si fort que je sentis mon bras droit se briser. Je ne pu réprimer l'envie de crier tellement cette souffrance était horrible. La chose s'assit sur moi. Son poids me coupa le souffle. Il saisit à nouveau ma tête, et la cogna, la cogna, contre le sol. J'entre aperçu une carrure d'homme gargantuesque, au visage sévère, et à la chevelure rousse. Je crois que je perdis connaissance pendant quelques minutes.

Lorsque j’émergeai, je ne reconnu plus mon corps. J'eus l'impression que mon bras droit ne faisait plus partie de moi. Je ne le sentais plus. Avec beaucoup d'efforts, je réussis à tourner la tête. A côté de moi se trouvait l'homme qui m'avait infligée tout ça. Je reconnus immédiatement son visage, sévère il y a quelques minutes, mais inexpressif en ce moment même, et sa chevelure rousse. Je réprimai une envie de vomir en comprenant que ses bras, ses jambes, ainsi que sa tête avaient été arrachés au reste de son corps.
Boum. Boum. Boum. Cette fois-ci, ce n'était pas des bruits de canon. Mais bien des bruits de pas. Je fis un effort phénoménal pour tourner ma tête de l'autre côté. J'arrivai à distinguer une silhouette fluette. Une femme. Qu'elle était belle, mon Dieu ce qu'elle était belle. Sa longue chevelure brune volait derrière elle. Ses yeux reflétaient de la sagesse. Ses traits étaient fins, et délicats. Elle portait une fine robe blanche, impeccable. Pas une seule tache de sang ou de boue dessus. Elle s'agenouilla près de moi, et posa sa main sur mon front. Elle murmura quelques mots. 'C'est fini mon enfant. Tout va très bien se passer'. J'aurai voulu lui demander de mettre un terme à mes souffrances, de m'achever, mais aucun son ne parvint à sortir de mes lèvres ensanglantées. 'Je sais que tu as beaucoup souffert. Je sais ce qu'il t'a infligé' m'a-t-elle dit en désignant du doigt la carrière d'ogre située à mes côtés. 'Tu risques de te sentir légèrement différente après ce que je vais te faire, mais ne t'inquiète pas, tu as été forte, tu es forte, tu peux bien supporter ceci.' Elle conclut ses paroles en se penchant vers moi. Je sentis ses doigts délicats et gracieux écarter les mèches collées sur mon cou par la sueur. Je sentis également ses lèvres se poser juste sur mon artère. Puis, ce fut le noir total.


Depuis ce jour, je fais partie de la merveilleuse et très grande famille des vampires. Je pourrais vous raconter ma vie, et les différentes étapes cruciales qui n'ont fait qu'encourager ma haine contre les humains. Mais je ne le ferai pas. Ma flemmingite aigüe en est sûrement la cause.
Tout ce que je peux vous dire, c'est que depuis ce jour, que je considère comme ma date de naissance vu que j'y ai trouvé la mort en tant qu'humaine, et la vie en tant que vampire, je n'ai qu'une envie. Assouvir ma soif de vengeance. Je suis constamment à la recherche d'une silhouette, comparable à celle qui m'a fait souffrir, qui m'a détruit aussi bien de l'intérieur que de l'extérieur. Je garde malheureusement des marques de ce carnage. Une cicatrice légère sur ma lèvre inférieure, une large trace sur mon bras droit, et une sorte de tatouage qui a fait son apparition je ne sais comment sur mon ventre, au dessus de ma hanche gauche. En 222 ans, j'ai appris qu'il me permet de sortir en pleine lumière. Trop bien.

En l'an 2011, ma vie n'est pas très passionnante. Elle l'a déjà été beaucoup plus. Mais je me dis que ce n'est qu'un passage de ma vie, que bientôt, je rencontrerai de nouvelles personnes, toutes plus naïves les une que les autres. Que bientôt, je trouverai un nouveau jeu. Peut être que ça durera 1 an, 2 ans, 10 ans ... ça, seul l'avenir le sait.
● Qui vivra, verra.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Picture-word/177127252359481
Elizabeth DuChêne

...
...
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 04/06/2011

♣ Le cauchemard recommence ♠
Race →: Enchanteur(esse )
Citation →: « On ce précipite tous sur l'amour même si c'est un profond ravin »
Relations →:

MessageSujet: Re: ● Lεnα Vαn Dεr Wσσdsεn ●   Mar 16 Aoû - 3:35



Bienvenue ma belle
Tu es validée!
Hâte de faire un rp avec toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Claveren

....
....
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 21

♣ Le cauchemard recommence ♠
Race →: Vampire.
Citation →: It is easier to be wise for others than for ourselves.
Relations →:

MessageSujet: Re: ● Lεnα Vαn Dεr Wσσdsεn ●   Mar 16 Aoû - 23:02

  • Bienvenue sur le forum & dans mon clan 8D <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena V.D. Woodsen

....x
....x
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 21

♣ Le cauchemard recommence ♠
Race →: Vampire.
Citation →: Il paraît que les hommes aiment les garces. Chouette alors.
Relations →:

MessageSujet: Re: ● Lεnα Vαn Dεr Wσσdsεn ●   Mer 17 Aoû - 0:55

Aha, merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Picture-word/177127252359481
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ● Lεnα Vαn Dεr Wσσdsεn ●   

Revenir en haut Aller en bas
 

● Lεnα Vαn Dεr Wσσdsεn ●

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadows of Dawn  ::  :: I am, You are. :: You're welcome.-